Des Articles, des Infos

Comprendre la fiscalité de l’investissement locatif : le guide complet pour optimiser sa rentabilité

Acheter un appartement pour le louer est devenu très commun. On observe un nombre croissant de foyers qui se lancent dans cette opération. Mais avant de se lancer, il faut aussi se familiariser avec la fiscalité de l’investissement locatif.

La rentabilité de l’opération n’est pas impossible, dans la mesure où certains facteurs sont présents et les choix bien faits. Chaque type de location se voit appliquer un régime fiscal spécifique et l’intérêt des avantages peut varier également.

On distingue deux régimes fiscaux pour la location à vide: en fiscalité investissement locatif, il s’agit du micro-foncier et du réel

La logique donne plus de facilité à la location vide qui est aussi moins couteuse. Ce type de bien est idéal pour des locations de longue durée, et le bien sera meublé par le locataire. Mais il faut quelques bases en fiscalité sur investissement locatif pour une bonne rentabilité.

Grâce aux loyers, les propriétaires perçoivent des revenus fonciers qui sont imposables. On a alors deux solutions, le régime micro-foncier pour des revenus locatifs inférieurs à 15000 euros par an. Le régime réel est appliqué au-delà de 15000 euros.

Pour en savoir plus sur la fiscalité sur investissement locatif, il faut savoir qu’un abattement de 30% sur les revenus locatifs est autorisé sous le micro-foncier. L’inconvénient, c’est qu’aucune charge réelle ne peut être déduite.

Inversement, il est possible sous le régime réel de déduire les charges réelles comme les intérêts d’emprunt, la taxe foncière et les charge de copropriété. Les revenus imposables sont alors grandement réduits, ce qui optimise la rentabilité de l’investissement.

Comment réussir la defiscalisation d’investissement locatif: l’optimisation ultime d’une location meublée

La fiscalité de l’investissement locatif pour de la location meublée est différente. Elle a l’avantage d’optimiser l’investissement et d’augmenter sa rentabilité. De plus, il y a une demande croissante pour la location meublée.

Les revenus locatifs sont ici appelés bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Un autre plafond cette fois situé à 32900 euros de revenus par an encadre la mise en place de l’autre régime portant deux noms différents: de plein droit et micro-bic.

Il se caractérise par un abattement de 50% sur les revenus locatifs annuels. On ne peut pas déduire d’autre charge.

C’est le LMNP au réel ou régime réel simplifié qui s’applique au-delà de 32900 euros par an. Dans ce cas, une déduction totale des charges et frais relatifs à l’investissement est possible. On peut naturellement inclure l’amortissement du bien immobilier et du bien mobilier.

Et si c’est à titre professionnel que la location meublée est réalisée, on entre dans le régime de loueur en Meublé Professionnel, opposé au LMNP (Non-Professionnel). Cette option est possible dès 23000 euros de revenus locatifs par an, mais encore faut-il que cela représente plus de 50% des rentrées fiscales du foyer.

La fiscalité de l’investissement locatif est donc clairement encadrée et définie. Les critères principaux sont le type de location (meublée ou vide) ainsi que le montant des revenus locatifs annuels. Cela influence la nature des avantages et surtout le pourcentage d’abattement permis.

Acheter un appartement à crédit pour le rénover est la meilleure solution d’investissement. La rentabilité sera alors à son maximum. Et sous le régime de LMNP, le propriétaire s’assure une défiscalisation de l’investissement locatif, car il n’y aura pas d’imposition pendant 10 ans environ sur les revenus locatifs.

Pour tout savoir sur l’investissement locatif fiscalité, il est conseillé de s’attacher les services d’un expert-immobilier.
investissement locatif défiscalisation